top of page

INTERVIEW - DIR EN GREY se confie à l'approche de sa tournée européenne !

Quelques semaines avant son retour sur les scènes européennes après quatre ans d'absence, DIR EN GREY se confie au travers d'une interview menée par Die (Gt.) !


groupe japonais DIR EN GREY

KYO chanteur du groupe japonais DIR EN GREY

KRM – Cette nouvelle année marque vos vingt-cinq ans de carrière sous l’égide d’un label major. Félicitations pour tout le chemin parcouru ! Envisagiez-vous, quand l’aventure DIR EN GREY a débuté, de faire une carrière aussi longue ?

Die – Pour être honnête, je ne pensais pas que nous pourrions faire une carrière si longue avec les mêmes membres au sein du groupe. Je crois que nous sommes arrivés là où nous en sommes aujourd’hui grâce au fait que nous accordons toujours de l’importance à chaque chose.

Et cela ne changera pas non plus dans le futur.

 

KRM – Au fur et à mesure des années, DIR EN GREY a constamment évolué. Vous aviez confié, dans une interview accordée à un confrère, que le groupe avait toujours cherché à ne pas être comme les autres. Comment avez-vous réussi à maintenir ce cap durant toutes ces années ?

Die – Nous sommes toujours à la recherche de ce qui est excitant et passionnant pour nous.

Notre son a beaucoup évolué depuis nos débuts, mais je crois que le message principal de DIR EN GREY est resté le même depuis le départ.

 

KRM – L’essence de DIR EN GREY, bien avant sa musique et son univers, reste vos différentes personnalités. Comment avez-vous évolué en même temps que le groupe ?

Die – Depuis que nous avons créé tous les cinq, DIR EN GREY, nous avons parcouru un long chemin en partageant, ensemble, des nombreux moments, heureux pour certains, compliqués pour d’autres.

Je veux que l’on continue à aller de l’avant en se respectant et en s’inspirant les uns les autres comme nous l’avons toujours fait.

 

DIE guitariste du groupe DIR EN GREY

KRM – De ce fait, quel est pour vous le secret pour maintenir une relation sur autant d’années ?

Die – Il tient en un mot : respect !

 

KRM – Durant ces 25 ans, vous avez réalisé pas moins de onze albums et plus de trente singles. Y a-t-il une chanson en particulier qui vous a le plus marqué ? Et pourquoi ?

Die – Parmi les sorties de l’année 2011, il y a l’album “DUM SPIRO SPERO”.

Le tremblement de terre qui a touché l’est du pays cette année-là s’est produit pendant que nous étions en train de produire cet album, et nous avons continué de l’enregistrer après cela.

En réalité, je me souviens très distinctement de ces jours-là alors que je jouais de la guitare, empli de peur tandis que nous faisions face à de nombreuses répliques tout en étant en studio.

Je ne crois pas que je serais capable de l’oublier et ce qu’importe le nombre d’années qui passe car c’est un album que nous avons réalisé alors que le Japon était dans un moment très sombre.

 

KRM – Il y a quelques jours sortait votre nouveau single « 19990120 ». Son titre et son contenu sont symboliques puisqu’ils mettent en avant les trois premiers morceaux que vous avez réalisés en étant major. Comment s’est déroulé la conception de ces nouvelles versions ?

Die – Ces trois chansons ont été réalisées il y a vingt-cinq ans. Cette fois-ci, nous avons fait face à chacune d’entre elles avec un état d’esprit totalement différent.

Elles ont, toutes les trois, une structure assez simple comparées à d’autres morceaux que nous avons pu réaliser plus tard. Nous avons donc travaillé en apportant une attention toute particulière, plus importante qu’à notre habitude, à chacun des sons.

 

TOSHIYA bassiste du groupe DIR EN GREY

KRM – Quand on regarde votre discographie, on note un espace d’environ 3 ou 4 ans entre chaque album. « PHALARIS » est sorti en 2022 mais, est-ce que 2024 fera exception avec, peut-être, la sortie d’un album best-of ? 

Die – Nous ne réfléchissons pas à ça actuellement.

 

KRM – Dans votre biographie, vous mentionnez l’Europe et le US dès la première ligne. Vous êtes également de plus en plus présents sur les réseaux créant du contenu pour vos fans étrangers. Que représente l’Europe et les US pour vous ? Est-ce que, dans les prochaines années, DIR EN GREY va encore plus se tourner vers l’international ?

Die – Quand nous avons débuté avec DIR EN GREY, nous n’imaginions pas pouvoir un jour se produire en Europe ou en Amérique.

Je crois que performer à l’étranger nous a permis de trouver une nouvelle inspiration et nous a rendu plus forts. J’aimerais, pour les prochaines années, que le Japon reste notre marché principal tout en continuant de planifier des concerts à l’étranger comme nous l’avons fait jusqu’à présent.

 

KRM – Faisons la transition sur l’annonce de votre retour en Europe avec la tournée “EUROPE TOUR2024 FROM DEPRESSION TO ___ [mode of Withering to death. & UROBOROS]”. Votre dernière venue remonte à début 2020, avant l’épidémie mondiale de COVID-19. Cette période a été particulièrement difficile pour beaucoup d’artistes. Comment DIR EN GREY et ses membres l’ont il vécut ?

Die – Nous avions même pensé, à un moment, qu’il était possible que nous ne puissions plus remonter sur scène étant donné que de nombreux concerts et évènements étaient reportés ou bien même annulés et que cela faisait longtemps que nous n’avions pas performé à cause du COVID-19.

Maintenant que nous pouvons remonter sur scène comme avant, nous avons ressenti et réaffirmé combien sont importantes toutes les choses qui nous prenions pour acquises.

Même s’il y a déjà 4 ans de passés depuis notre dernière tournée européenne, je suis vraiment heureux que nous puissions, à nouveau, partager un moment commun avec l’ensemble de nos fans européens.


KAORU guitariste du groupe DIR EN GREY

KRM – Pendant ces deux années, vous avez tout de même produit deux singles. Quel a été le processus de création ?

Die - Même si nous ne savions pas comment le monde serait après la pandémie et que nous n'avons pas pu nous produire en live à cause d’elle, nous avons continué à travailler sur le nouvel album car tous les membres avaient le sentiment que nous devions le faire. Cela n’a pas empêché le groupe d'avancer.

 

KRM – Revenons au présent et même au futur avec cette nouvelle tournée ! Elle a été présentée avec une particularité : celle d’offrir des dates doubles avec deux thèmes distincts : vos albums « Withering of death », sorti en 2005 et « UROBOROS » réalisé en 2008. Pourquoi avoir fait le choix de ces deux albums ?

Die – Ce sont des albums que tout le monde veut entendre en live, non ?

Jusqu’à présent, nous n’avons jamais fait de concerts à l’étranger mettant en avant de vieux albums et comme cela fait longtemps que nous ne sommes pas venus performer en Europe, nous avons réfléchi à une setlist spéciale uniquement pour cette tournée.


KRM – Sans nous révéler les morceaux présents dans les setlists, pouvez-vous nous dire comment s’est passé la sélection ? Est-ce que chaque soir aura une ambiance différente ?

Die – Vous ressentirez, sûrement, une facette différente de DIR EN GREY un jour sur deux !


SHINYA batteur du groupe DIR EN GREY

KRM – A l’heure où de nombreux groupes japonais se produisent sur les planches de festivals européens, est-ce que performer avec des artistes internationaux devant des personnes qui ne nous connaissent pas encore est quelque chose qui pourrait vous intéresser ?

Die – Je crois que notre groupe ne convient pas aux performances de jour, mais cela pourrait être une possibilité si nous pouvions jouer quand il fait plus sombre.

 

KRM – C’est le début de l’année, et le moment des bonnes résolutions pour les mois à venir : quelles sont vos résolutions pour cette année 2024 ? Et vos souhaits ?

Die – Comme cette année marque notre 25ème anniversaire de carrière, une nouvelle tournée nationale nous attends, totalement différente de celle que nous avons effectuée l’an passé.

Nous voulons chérir toutes les tournées, chacun des concerts. Pour cette tournée, nous souhaitons arriver plus énergiques et vigoureux que l’année dernière.

 

KRM – Pour conclure cet entretien, avez-vous un dernier message à adresser à vos fans français et européens qui sont impatients de vous retrouver dans quelques semaines ?

Die – Depuis notre toute première performance en Europe en 2005, nous avons été capable de rencontrer et de passer du temps avec nos nombreux fans européens lors de nos tournées quasiment tous les ans.

A cause de la pandémie de COVID-19, nous n’avons pas pu revenir. Mais aujourd’hui nous sommes capables de voir nos fans européens pour la première fois depuis quatre ans.

Tous les membres ont déjà hâte d’y être !


 

L'ensemble de l'équipe de KARAOME tient à remercier Die, DIR EN GREY et son management pour avoir rendu cet entretien réalisable.


Toutes les informations sur cette tournée : ICI !

45 vues
bottom of page