top of page

Jackson Wang au Zénith de Paris le 15 Janvier !

Retour sur la première des deux prestations de Jackson Wang à Paris dans le cadre de sa première tournée mondiale solo !

Nombreux sont les artistes qui utilisent leurs expériences personnelles pour composer et créer ainsi des pièces authentiques. Jackson Wang n’échappe pas à la règle… Au contraire ! Nourris par ses sentiments, du plus sombre au plus heureux, l’artiste se livre au travers de “Magic Man”, son second album solo, de la manière la plus véritable possible. En pleine tournée mondiale pour la promotion de cet opus, l’artiste a invité le public parisien à le suivre dans ce voyage lors de deux prestations au Zénith de Paris. L’équipe de KARAOME s’est rendue à la première date, le Dimanche 15 Janvier.



C’est face à un Zénith sold-out en configuration maximale que LAURIE, chanteuse franco-chinoise ayant rejoint Team Wang il y a peu, se présente. La jeune femme a la lourde tâche d’ouvrir le bal, de préparer l’audience à la venue de Jackson tout en présentant ses propres oeuvres. Entrée sur scène comme une Reine, LAURIE reçoit très vite le plein soutien de l’ensemble du public. Accompagnée par deux danseurs, elle livre une prestation alliant sensualité et émotions. A l’instar de la tête d’affiche, elle fait monter une personne du public sur scène pour quelques minutes de danse lascive avant de se livrer dans son troisième morceau. Elle termine avec une piste pop, permettant à quelques personnes de la fosse de se déhancher.


Après quelques minutes où l’impatience est reine, alimentée par la diffusion de trois clips sur les écrans géants, la première partie du show de Jackson débute ! Le mot “MASKED” encadre la scène alors que “100 Ways” résonne. Les danseurs sont les premiers à faire leur apparition s’accaparant la scène au rythme des notes électro. Puis l’un des acteurs principaux de cette soirée fait son entrée : l’Ascenseur qui va permettre de voyager au travers des émotions de Jackson Wang.


La mise en scène est travaillée et introduit une myriade d’étoiles dans les yeux du public alors que des feux d’artifices accueillent le chanteur. Ce dernier prend possession de la scène et enchaîne parfaitement avec “Go Ghost”. Le rythme se transforme, devient plus rock que précédemment pour davantage s’assombrir avec “Blackout”. Cette première partie dévoile des émotions négatives et fait débuter ce voyage aux instants les plus sombres. Jackson se retrouve seul, les danseurs l’ayant quitté et l’ascenseur étant remonté. Puis, après avoir fait tombé la veste, au plus grand bonheur du public, “I Don’t Have It” débute. La douleur présente dans la voix de l’artiste parcourt l’assistance alors que les danseurs reviennent tout comme l’ascenseur. Une bataille s’engage, perdue par Jackson qui se fait kidnapper sur les dernières notes du morceau.


Une interlude musicale débute alors : des musiciens entrent sur scène accompagnant une performance de la part des danseurs vêtus entièrement de noir. Le mot “ABANDON” se reflète dans les écrans marquant le début d’un second chapitre dans ce voyage. “Just Like Magic” résonne et l’ambiance devient plus légère grâce au rythme plus rock. Malgré tout, la scénographie continue d’arborer des tons noirs et blancs, quelquefois teintés d’un rouge vif. Les dernières notes s’envolent en même temps que Jackson repart dans l’ascenseur. “All The Way” créé la sensation puisque le chanteur apparaît au fond du public, qu’il traverse pour rejoindre la scène accueilli par une pluie de confettis. “BULLET TO THE HEART” renforce le sentiment de désespoir qui se dégage de la performance. Jackson s'assoit sur une des marches alors que les danseurs performent autour de lui. La douleur de cette balle dans le cœur traverse l’ensemble des personnes présentes qui montrent un soutien infaillible envers le chanteur. La blessure saigne toujours et ne se referme pas alors que les notes de “Drive You Home” résonnent, déchirantes. Les gradins du Zénith, debouts depuis “All The Way”, ainsi que la fosse assistent à la mise à nu de l’âme de Jackson alors que des larmes se discernent sur son visage.


Un premier échange s’engage entre le chanteur et son audience à qui il adresse un premier message d’espoir lui insufflant la force de croire en soi, de devenir cet homme magique capable de réaliser ses rêves. Puis, un voilage blanc sépare la scène du public et “Blue” démarre. Les fans donnent de la voix accompagnant Jackson qui retire son oreillette pour en profiter pleinement. L’ambiance s’adoucit alors que les spots arborent un blanc vif, signe que la lumière gagne du terrain face à la noirceur du début de soirée. “Dopamine” renforce cette sensation tandis que la salle se teinte de rose, la réchauffant. Le titre, véritable succès, renforce le lien entre Jackson et l’audience à qui il demande de chanter plus fort tout en mettant les mains en l’air.


Jackson quitte scène. Les écrans prennent le relais diffusant un film dans lequel le chanteur se livre sur ses instants les plus solitaires, les plus sombres. La pression monte, tout comme l’impatience de découvrir la suite du voyage qui permettra à l’artiste de renaître de ses cendres. Mais avant, une seconde interlude musicale mettant à l’honneur les musiciens. Le guitariste profite d’ailleurs de ce moment pour faire pleurer les cordes de son instrument pour le plus grand plaisir des adeptes de solos. Après quelques minutes, c’est au tour du mot “HOPE” de s’afficher, introduisant un troisième chapitre teinté d’espoir. “LMLY” résonne tandis que le chanteur revient sur scène tout de rouge vêtu. L’ambiance se réchauffe, devient plus intimiste. L’amour est au cœur de cette partie comme les cendres qui ravivent des flammes.


Un nouvel MC puis Jackson descend dans la fosse choisir celle qui va l'accompagner durant “I Love You 3000”. Particulièrement à l’aise sur scène, la jeune femme désignée se prête au jeu, entrelaçant sa main à celle du chanteur et reprenant les paroles connues. Elle disparaît alors que les dernières notes s’envolent, laissant Jackson seul sur scène s’emparant d’une bouteille d’alcool. Comme un écho à son geste, “Poison” débute ! Les danseurs et les musiciens reviennent et la température de l’audience monte en flèche. L’acte se conclut avec le retour de l’ascenseur qui emporte Jackson alors qu’un nouveau film se projette sur les écrans.


Des images de répétitions, de backstages défilent accompagnées par la voix off de Jackson. A nouveau, ce message de soutien, de confiance en soi, de croire en ses rêves et de devenir son propre “Magic Man”. Et comme une conclusion positive après avoir touché le fond et avoir remonté la pente, le quatrième et dernier chapitre de ce voyage démarre. Intitulé “MAGIC MAN”, il s’ouvre sur “Come Alive”.


Jackson revit ! Le rythme rock’n’roll ambiance le Zénith qui se déhanche tandis que, dans la continuité, “Champagne Cool” s’installe, entraînant l’audience dans une atmosphère jazzy. L’heure est à la fête et, quand les premières notes de “The Moment” résonnent, Jackson retourne en fosse à la recherche d’une nouvelle partenaire. Dans une ambiance feutrée, teintée de bleu, la jeune femme est installée sur une chaise et assiste à une lascive démonstration de danse de la part du chanteur. Puis, en symbiose avec le rythme de “Dead”, Jackson l’entraîne dans l’ascenseur pour un instant intimiste sans équivoque. Un moment dont elle se souviendra ! De retour sur les planches, il enchaîne avec l’entraînante “Drive It Like You Stole It”.


Nouvelle prise de paroles de la part de l’artiste qui réitère son message positif tout en remerciant ses fans de le soutenir. Boosté par cet amour, il n’hésite pas et joue avec son public, lui demandant ce qu’il peut faire à Paris à 3h du matin tout en précisant, dans un sourire, qu’il n’acceptera pas la réponse “d’aller chez nous”. Puis, il profite de cet instant pour présenter officiellement les quatre musiciens présents, les laissant s’exprimer par le biais de leurs instruments. Après une démonstration de danse, les premières notes de “Cruel” résonnent, vivement accueillies par un public survolté !


Les artifices habillent la scène tandis que les danseurs sont de retour pour une prestation à hauteur du clip vidéo et qui n’est pas sans rappeler un certain Mickaël Jackson, adepte des performances visuelles de hautes qualités. La dernière ligne droite de cette soirée se dresse mais personne n’y songe, profitant pleinement de l’instant. Sous les acclamations et un Zénith debout, l’emblématique “Blow” résonne ! Comme une libération, le public scande les paroles en cœur se déhanchant en rythme avec la basse. Le fameux “Blow” introduisant le refrain fait écho aux artifices qui enflamment l’audience. La salle et le chanteur ne font plus qu’un, mêlant leurs voix alors que des confettis inondent les hauteurs du Zénith pendant que Jackson quitte scène.


Il revient après quelques minutes sur les notes de “Pretty Please” portant un tee shirt issu du merchandising. La salle se teinte de bleu et de violet tandis que les notes électro transforment la fosse en une piste de danse. Les danseurs et les musiciens reviennent sur scène pour jouer avec le public. Même LAURIE fait son apparition alors que des membres du public sont invités à monter. Des versions remix de “100 Ways”, “Cruel” et “Blow” concluent ce voyage sur une note positive, bien loin du début de soirée.


Au travers de ce voyage, Jackson Wang a prouvé qu’il était un artiste à part entière. A la fois chanteur et danseur, il est également un performer qui se livre au travers de sa mise en scène. Certains aspects de sa performance ne sont pas sans rappeler Mickaël Jackson qui se distinguait par ses pas de danse millimétrés, son univers à part entière et ses textes engagés. Enfin, et ce malgré les capacités limitées du Zénith, Jackson a livré un véritable spectacle visuel, prouvant qu’il est possible de faire un véritable show quand on le souhaite.


SetList :

. Part 01 : MASKED

100 Ways / Go Ghost / Blackout / I Don't Have It

. Part 02 : ABANDON

Just Like Magic / All The Way / BULLET TO THE HEART / Drive Yo Home / Blue / Dopamine

. Part 03 : HOPE

LMLY / Vibes / I Love You 3000 / Poison

. Part 04 : MAGIC MAN

Come Alive / Champagne Cool / The Moment / Dead / Drive It Like You Stole It / Cruel / Blow

ENCORE

Pretty Please / 100 Ways Remix / Cruel Remiw / Blow Remix


Toute notre équipe tenait à remercier Jackson Wang, Team Wang et AEG Presents pour l’invitation ainsi que la confiance accordée.


Rédaction : Cyrielle PONS

Crédits Photo : AEG Presents & Team WANG


110 vues

Comments


bottom of page