top of page

SiM relève haut la main le défi de sa première performance française !

Pour son premier passage parisien, et français, le groupe SiM a joué la carte de la sécurité performant à guichets fermés au Backstage By The Mill. Une performance mémorable que le groupe promet de ne pas oublier lorsqu’il reviendra en fin d’année…


Groupe japonais SiM

Les places se sont vendues en moins de 24 heures ! Depuis la fin de l’année 2023, les fans de métal japonais et les fans d’animes bouillonnaient d’impatience de pouvoir, enfin, applaudir les quatre artistes qui composent le groupe Silence iz Mine, bien plus connu sous l’abréviation SiM. Evoluant sur la scène nippone depuis bientôt vingt ans, la formation évitait jusqu’alors le marché international. Après une première expérience, décevante, en 2015 aux U.S.A, SiM avait pris la décision de se concentrer sur les fans japonais, au plus grand malheur des fans européens. Un changement de label, un générique qui vaut de l’or et quelques années plus tard, le quatuor est maintenant lourdement armé pour partir à la conquête du monde. Comme s’il avait dû franchir un mur, présumé insurmontable, pour pouvoir déferler sur le monde !


MAH chanteur du groupe japonais SiM
© Gaëlle PONS pour KARAOME

Après un double test anglais au printemps dernier avec une performance sur la scène du Download Festival ainsi qu’un premier concert en tête d’affiche, SiM s’est lancé à l’assaut de l’Europe tout entière avec une première tournée. Avec un nombre impressionnant de performances, cet european tour s’est conclut avec deux concerts particulièrement attendus : le final qui s’est déroulé en Allemagne, mais également l’avant-dernier, prévu à Paris au Backstage By The Mill.

 

Initialement prévu pour 20h00, le concert enregistre une bonne heure de retard. Les fans, loin d’être refroidis par l’attente – une heure de plus ou de moins – en profitent pour dévaliser le stand de goodies et échangent, bière à la main. Le succès planétaire de SiM s’explique grandement par sa participation à l’anime Shingeki No Kyojin. En signant le titre « The Rumbling », le quatuor s’est ouvert les portes d’un marché encore plus large que celui des fans de métal japonais : celui des fans d’animes ! Un tremplin mérité qui aurait pu effrayer les pionniers. Et si le public réduisait la performance de SiM à deux titres ?

 

Aux antipodes de cette éventualité, le public qui attend SiM est à la fois uni et diversifié. Les pionniers, fans de métal japonais, sont aux premières loges. Des fans de l’anime sont également présents, avides de découvrir l’intégralité de l’œuvre du quatuor, des curieux ayant déjà fredonnés quelques notes s’invitent également. Un public hétéroclite au plus grand bonheur du groupe qui monte sur scène sous de fortes acclamations. La soirée peut débuter !

 

Dans un silence teinté d’impatience, les premières notes de « UNDER THE TREE » résonnent ! La mélodie, bien connue, agit comme un électrochoc sur la foule qui reprend instinctivement les paroles. Dans la foulée et comme pour présenter son dernier album en date, « PLAYDEAD », SiM enchaîne avec les titres, « PLAYDEAD », « HiDE and SEEK » et « KISS OF DEATH ». Une introduction actuelle de l’image du groupe : un son rock métal, des notes de ska et de reggae, moins sale cependant que dans ses jeunes années. Une possible conséquence de son changement de label et de son ouverture à l’international. Les marqueurs du groupe sont néanmoins toujours présents : l’alternance entre le chant clair et les growls de MAH, le travail effectué sur le rythme et les silences… Comme tout groupe, SiM évolue avec son temps !

 

La seconde partie du concert est un voyage dans les prémices de la formation. Elle débute avec les mythiques « Devil In Your Heart » (2020) et « Blah Blah Blah » (2013) aux refrains entêtants et entraînants. La foule s’en donne à cœur joie, sautant, chantant, se déchaînant après de trop nombreuses années à attendre ce moment. Le temps continue de remonter avec « GUNSHOTS » (2014) et son ambiance électro reggae punk. Certains fans, les plus jeunes, prennent quelques secondes pour absorber le changement de style mais reprennent très vite le rythme de la soirée. Le savant mélange qu’effectue SiM fonctionne malgré sa notoriété nouvelle et son public élargi. On enchaîne avec « BASEBALL BAT », et l’arrivée d’une réelle batte de baseball, et « WHO’S NEXT » avant de remonter au premier full album de SiM, sorti en… 2008 ! « TxHxC », âgée de 16 ans, met tout le monde d’accord prouvant qu’elle n’a pas pris une ride malgré les années.



Après une pause involontaire de quelques minutes due à une panne de courant, et une introduction en règle, SiM fédère anciens comme plus jeunes avec « The Rumbling », particulièrement attendue ce soir. Unis sous un même étendard, les poings se placent sur le cœur, symbole de Shingeki no Kyojin, quand les paroles sont reprises d’une seule et même voix. Un instant de communion particulièrement fort qui prouve que malgré son évolution, Silence iz Mine a su trouver le parfait mélange pour fédérer pionniers comme nouveaux arrivants, pour une communauté solide qui lui permettra de revenir. Boosté par la performance précédente, SiM conclut avec « RED » et « DO THE DANCE », toutes deux issues de l’album « PLAYDEAD ».

 

Bien loin de se satisfaire de ces douze chansons, la foule en redemande ! Avec sa capacité de 350 personnes, le Backstage By The Mill représente un lieu de rassemblement et est synonyme de concert intimiste. Une salle adaptée à cette première rencontre, neuf ans après une première expérience internationale décevant pour Silence iz Mine, qui prend d’ailleurs le temps de discuter avant d’entamer son rappel. Une prise de parole symbolique, dans laquelle, humblement, MAH se veut reconnaissant envers toutes les personnes présentes ce soir-là. Sans cette première étape, SiM ne serait pas en mesure d’annoncer que son objectif est de se produire sur les planches du Hellfest, mais également qu’il sera de retour en fin d’année pour une nouvelle tournée européenne !

 

Une nouvelle qui résonne comme un appel ! Une parfaite introduction à l’avant dernier morceau de la soirée : « KiLLING ME ». Réalisé en 2011, il était tout autant attendu que « The Rumbling ». Monument, au même titre que « Blah Blah Blah » ou « Devil In Your Heart », ce morceau est connu de toutes et tous. La fosse se déchaîne, les pogos reprennent quand les headbangs dévissent plusieurs nuques. « f.a.i.t.h » vient conclure cette performance énergétique, et signe la promesse d’un retour rapide de SiM !


MAH chanteur du groupe japonais SiM
© Gaëlle PONS pour KARAOME

Depuis des années, nombreux sont ceux qui attendent, sans relâche, la venue de SiM sur notre vieux continent. Ces fans, de la première heure, qui ont toujours su que le groupe avait le potentiel de réussir à l’international. Une foi et une confiance bien supérieure à celle que le groupe avait pour lui-même. Cependant, malgré cette attente, cette première rencontre sonnait comme une évidence. Une performance devant un public réduit prometteur pour l’avenir du groupe sur le marché international. Son retour sur les planches européennes en fin d’année devrait encore rassembler les foules. Ils étaient nombreux à ne pas avoir réussi à obtenir un billet pour la soirée du 23 février. Un conseil ? Ne manquez pas de rapidité à la fin de l’année, le retour de Silence iz Mine cet hiver devrait, encore, se faire à guichets fermés !





 

Toute l'équipe de KARAOME tenait à remercier SiM, son management ainsi que KINDA Agency.

27 vues

Posts similaires

Voir tout

コメント


bottom of page